Notre association est en deuil

christian perreinChristian Perrein est décédé ce dimanche 25 novembre 2018 à quatorze heures, entouré de son épouse Hanane et de ses deux enfants Inès et Alcide. Certains d’entre nous ont eu le privilège de l’accompagner dans ses combats – pour la science, avec la grande joie de mener à terme son "Projet de Biohistoire" sous la forme d’un ouvrage qui fit date, la Biohistoire des papillons, et bien d’autres, avec parfois en retour une bien maigre reconnaissance du "sérail" – puis pour finir un dernier, dont il a vite compris avec sa clairvoyance habituelle qu’il ne pourrait le gagner. Depuis une année, nous l’avons vu lutter sans vraiment pouvoir l’aider autrement que par un amical soutien. Avec des moments de fol espoir d’une guérison auxquels succédaient d’autres plus sombres, au gré des examens médicaux et des traitements. Et comme une éclaircie dans ces dernières semaines, le plaisir de voir enfin son dernier ouvrage Nonante ou Quatre-vingt-dix publié par les éditions Peter Lang.
Plus qu’un mentor, pour certains c’est un ami très cher qui nous quitte. Nul doute que, pour ceux qui tentent de poursuivre son travail, le souvenir de Christian nous guidera et nous aidera à avancer.
Au revoir Christian, à bientôt.

Le projet français de biohistoire

Il y a presque 20 ans, était envoyé en janvier 1999 à des personnalités politiques, scientifiques et administratives un "projet français de biohistoire", lequel fut publié en mars suivant dans le numéro 12 de la Lettre de l’Atlas entomologique régional (Nantes). François de Beaulieu, alors secrétaire général de la Société pour l’étude et la protection de la nature en Bretagne (SEPNB) et directeur de publication, souhaita le diffuser dans le bulletin trimestriel de l’association devenue aujourd’hui Bretagne Vivante. L’ambitieux projet pourra être finalisé en juillet 2012, avec la publication aux Presses universitaires de Rennes d’une Biohistoire des Papillons. Diversité et conservation des lépidoptères rhopalocères en Loire-Atlantique et en Vendée, lequel ouvrage reçoit le prix Réaumur de la Société entomologique de France.

Redécouvrons, grâce à Bretagne Vivante qui l'a numérisé, ce texte bien illustré qui ne manquait pas d’originalité lors de sa parution en mars 2000 dans le numéro 170 [daté septembre 1998] de Penn ar Bed, notamment en défendant passionnément la notion de "biopatrimoine" toujours d’une brûlante actualité théorique ; autrement dit, de la nécessité pour nos sociétés de réfléchir aux conditions d’une patrimonialisation de la biosphère…

Lire le document sur le site de Bretagne Vivante

L'agenda des sorties publiques 2018

L'AER vous propose des sorties publiques dans le cadre d'un partenariat avec le Conseil départemental de Loire-Atlantique ou des associations :

- 6 mai 2018 à 14h : Sortie papillons et libellules en Forêt de Touffou, à Vertou (44). Initiation au battage des haies, RDV au parking de l'ENS de la forêt de Vertou. Contact : Jean-Pierre Favretto, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

- 12 mai 2018 à 15 h : À la poursuite de joyaux volants : papillons et libellules du Vallon de la Seilleraye.
thème : découverte des papillons et des libellules du printemps ; exploration du microcosmos invisible des haies au moyen de la technique du parapluie japonais. N'oubliez pas votre tenue d'aventurier, bottes et chapeaux.
contact : Jean-Alain Guilloton au 06 82 23 42 92 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
rendez-vous : parking de covoiturage de Mauves-sur-Loire, durée 2 à 3 h.

- 6 juillet 2018 à 22 h : Sortie papillons de nuit "Les minuscules du crépuscule" avec l'association "Les amis du transformateur" sur l'ENS du transformateur à Saint-Nicolas de Redon
contact : Les amis du transformateur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - 02 99 71 59 50

- 9 août 2018 à 22 h : Sortie papillons de nuit en forêt du Gâvre avec l'association La Maison de la Forêt - 02.40.51.25.14 (du lundi au vendredi de 14h à 18h30)
- Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

- 25 août 2018 à 21 h : À la poursuite de la mythique Noctuelle de De Graslin. (ENS de Pen Bron).
thème : les papillons de nuit dans les dunes de La Turballe, biographie de l'autre Graslin (Adolphe Hercule).
contact : Jean-Alain Guilloton au 06 82 23 42 92 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
rendez-vous : parking Sud de la pointe de Pen Bron à 21 h, durée 2 à 3 h.

- 1er septembre 2018 à 15 h : À la poursuite de joyaux volants : papillons et libellules en réserve du Massereau-Migron.
thème : les papillons et les libellules en fin d'été. Tenue correcte exigée : treillis, bottes et chapeaux.
contact : Jean-Alain Guilloton au 06 82 23 42 92 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
rendez-vous : (à préciser ultérieurement). Durée 2 à 3 h.

Ces sorties sont gratuites et ouvertes à tous. Les animateurs s'adaptent à leurs publics : enfants, adultes, curieux ou amateurs éclairés. Notez dès maintenant ces dates dans vos agendas.

La Cordulie à corps fin à rechercher en juin !

Oxygastra curtisii (Dale, 1834)

Bien que discrète, Oxygastra curtisii est une libellule répandue dans l'ouest de la France. Les imagos peuvent être observés loin de l'eau, chassant le long de haies arborées ou le long des allées forestières. Ils sont faciles à reconnaître au stade imaginal, avec leurs taches abdominales jaunes.
Cette libellule reste souvent difficile à détecter sur ses sites d'émergence. Aussi, nous vous proposons d'enquêter sur les rivières et canaux de Loire-Atlantique et de Vendée afin de rechercher les exuvies de cette espèce et ainsi de trouver des sites de reproduction.

oxygastra curtisii

Où rechercher des exuvies ?

Dans l'Ouest de la France, les émergences interviennent de la fin du mois de mai à la mi-juillet, avec un net pic au mois de juin. Tous les cours d'eau principaux sont bons, ainsi que les canaux et les vasques des seuils de petits ruisseaux. Les portions de cours d'eau boisées sont particulièrement attractives.

Comment observer une exuvie ?

Les berges abruptes, les racines apparentes, les souches d'arbres morts, les enrochements constituent des supports d'émergence favoris. Sur des berges artificialisées, on peut rechercher les exuvies à vue. Sur des berges naturelles, la seule façon de trouver les exuvies de la Cordulie à corps fin est d'utiliser une embarcation légère. En effet, les exuvies d'Oyxgastra curtisii sont souvent positionnées sous une branche, une feuille ou une tige de ronce, restant complètement invisibles depuis la terre ferme. Assis dans une barque, les yeux sont souvent situés exactement à la bonne hauteur pour trouver des exuvies : celles d'Oxygastra curtisii sont généralement situées entre 0,5 et 1 mètre au-dessus de l'eau.

Reconnaitre l’exuvie de la Cordulie à corps fin

Le corps (sans les pattes donc) mesure grosso-modo 2 centimètres de longueur. La forme générale de l'exuvie d'Oxygastra est trapue, les yeux sont tous petits et l'arrière de la tête est de forme anguleuse. Les exuvies de Cordulies se distinguent immédiatement par l'abdomen trapu, le corps arrondi et la dentition du masque (= mandibules) en dents de scie. Parmi les Cordulies de l'Ouest de la France, Oxygastra curtisii est la seule très fortement velue et à ne pas posséder de fortes épines dorsales et latérales sur l'abdomen.
Pour vous mettre dans l'œil les différentes formes d'exuvies d'anisoptères, vous pouvez télécharger la planche conçue par Guillaume Doucet. Pour aller encore plus loin vous pouvez commander la "Clé de détermination des Exuvies des odonates de France", conçue en 2012 par Guillaume Doucet et disponible sur plusieurs plateformes en ligne.

Télécharger la fiche de Oxygastra curtisii au format PDF

Aidez-nous à construire la cartographie de cette espèce en Loire-Atlantique et en Vendée en nous communiquant vos observations à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Une observation comprend un lieu (lieu-dit, commune), une date, un auteur et une espèce.

Les Drymonia de printemps, à reconnaître en avril !

Les papillons du genre Drymonia appartiennent à la famille des Notodontidae. Ce sont des espèces aux mœurs strictement nocturnes qui viennent très facilement à la lumière.
Deux espèces sortent durant les mois de printemps. Elles volent au même moment et fréquentent sensiblement les mêmes milieux. Nous vous proposons de mettre en évidence les principaux éléments permettant de les distinguer l’une de l’autre à coup sûr.

drymonia

Cliché à gauche pris le 21 avril 2010 à Boussay (44) par Patrick Trécul - cliché à droite pris le 13 mai 2016 à St-Nazaire (44) par Bruno Oger

1- L’argument le plus fiable est la lunule discale noire qui caractérise Drymonia ruficornis. Attention ! Sur les spécimens foncés elle peut être moins distincte mais elle est toujours présente. Alors que chez Drymonia dodonaea, elle est toujours absente.
2- Drymonia dodonaea présente aussi une ligne antémédiane courbée qui la distingue des autres Drymonia.
Malgré ce que montrent les photographies choisies, il ne faut pas se fier aux bandes sombres ou claires des ailes antérieures. Les deux espèces sont très variables dans leurs teintes, y compris dans les contrastes entre zones sombres et zones claires.

Télécharger la fiche des Drymonia de printemps au format PDF

Aidez-nous à construire la cartographie de ces espèces en Loire-Atlantique et en Vendée en nous communiquant vos observations à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Une observation comprend un lieu (lieu-dit, commune), une date, un auteur et une espèce.